Bulletin sur le marché de l’Anacarde

Le Marché en un clin d’oeil
Prix pratiqués pour la noix de cajou brute dans les différents pays producteurs d’Afrique

Au Nigéria, les achats bord-champ ont pratiquement disparu. La majorité des achats qui se font encore sont le fait des transformateurs locaux qui rachètent leurs stocks résiduels (quelques sacs ou quelques tonnes) aux commerçants qui en ont encore…/…

En Côte d’Ivoire, le marché de la noix de cajou a ralenti et les échanges deviennent de plus en plus timides. Les prix d’achat ont encore baissé cette semaine aussi bien au niveau portuaire que sur le terrain…/…

Au Burkina, la campagne de commercialisation approche de sa fin. Les gros acheteurs arrêtent progressivement leurs activités dans l’anacarde.
De petites ventes continuent de se faire dans les Hauts-Bassins et les Cascades mais elles sont de plus en plus rares. Les achats bord-champ se font entre 1200 et 1350 FCFA soit entre 800 et 900 FCFA/kg…/…

Au Mali, le marché de la noix de cajou tend vers sa fin. Les échanges diminuent, la qualité de la noix se dégrade et partout les prix sont baissiers par rapport à la semaine dernière. Les acheteurs étrangers quittent le marché car les stocks de noix de cajou disponibles sont de plus en plus faibles…/…

En Guinée, la campagne de commercialisation de la noix de cajou est dans sa phase finale dans la région de Kankan. L’hivernage s’installe avec son cortège de pluies. Les marchés ruraux ne sont plus très animés ; les stocks s’estompent et les transactions s’espacent sur les marchés urbains. Les acheteurs étrangers ont pratiquement déserté les lieux…/…

Au Sénégal, on vient d’enregistrer cette semaine une première pluie dans la zone Sud, plus précisément dans la région de Kolda et de Sédhiou qui est la zone de production la plus importante de la Casamance…/…

Le marché international de l’anacarde

Cette semaine, face à une demande en amande qui reste toujours faible et des arrivages de noix de cajou brute importants au niveau des ports asiatiques, les prix se sont stabilisé voire ont légèrement diminué pour la première fois depuis des mois…/…

Le point de vue des analystes

La publication des statistiques commerciales de l’Inde pour le mois d’avril nous permet de faire un bilan des arrivages de noix brute au niveau des usines indiennes et vietnamiennes sur les 4 premiers mois de l’année…/…
Contrairement, à l’année 2016, ou la forte hausse des importations vietnamiennes avait eu pour pendant une nette baisse des importations indiennes, sur le début de l’année 2017 les importations des deux pays sont en nette hausse comme visible ci-dessous…/…

Pour en savoir plus : abonnez-vous au bulletin !

Bulletin sur le marché de la gomme arabique au Tchad

Le marché de la gomme arabique en un coup d’oeil

Gomme friable (Talha)

La cueillette de la gomme friable se poursuit mais la chaleur et la tombée des pluies annoncent la fin de la récolte dans certaines régions productrices. Les producteurs sédentaires commencent à se préoccuper des travaux champêtres et le déplacement des éleveurs transhumants vers de nouvelles régions limite l’offre locale.
La demande en gomme friable commence à baisser localement. Les quantités exposées ont fortement diminué cette semaine dans les marchés hebdomadaires et les collecteurs. La qualité est appréciée par les commerçants locaux. Les prix pratiqués sont stables dans le Chari Baguirmi et le Hadjer Lamis et en baisse dans le Guéra.

Chari Baguirmi. Quelques transhumants et locaux continuent à cueillir et à vendre la gomme friable sur les marchés locaux. L’offre locale est en forte baisse tout comme la demande locale, les commerçants locaux étant peu intéressés par les quantités disponibles et la qualité de la gomme proposée.. Le prix de la gomme friable reste stable, se situant entre 140 à 160 FCFA/kg (soit 350 à 400 FCFA/coro). La tendance à court terme du prix de la gomme friable dans le Chari Baguirmi va de stable à légère baisse du fait de la faible demande.

Guéra. La demande en gomme friable commence à baisser dans cette région mais l’offre reste bonne grâce aux stocks et les activités de cueillette qui se poursuivent pour certains transhumants et producteurs. Le prix de la gomme friable est en baisse cette semaine et atteint 120 FCFA/kg (soit 300 FCFA/coro) contre 240 FCFA/kg (soit 600 FCFA/coro) la semaine passée. La tendance à court terme du prix de la gomme friable dans le Guéra est en légère baisse du fait de la faible demande.

Hadjer Lamis. L’absence des transhumants dans cette région a fortement réduit l’offre locale en gomme friable. Avec les premières pluies, les villageois préparent les travaux champêtres. La demande locale en gomme arabique est faible, hormis l’activité de quelques commerçants indépendants qui continuent à collecter la gomme. Le prix observé cette semaine est stable, la gomme est vendue à 120 FCFA/kg (soit 300 FCFA/coro). La tendance à court terme du prix de la gomme friable dans le Hadjer Lamis est à la stabilité voire une légère baisse du fait de la demande locale en baisse.

Gomme dure (Kitir)

Les stocks qui constituaient l’essentiel de l’offre locale sont maintenant terminés. Quelques commerçants indépendants disposent de petites quantités qui ne sont cependant pas exposées sur les marchés. Les transporteurs continuent d’évacuer les stocks des magasins vers N’Djamena.

Marché international

Au Soudan, la fin de la campagne de commercialisation est marquée par une offre marginale et une hausse des prix des gommes dure et friable sur les marchés aux enchères. En effet, la disponibilité limitée de la gomme sur les marchés aux enchères en cette 2ème partie de campagne et des opérateurs soudanais plutôt confiants avec la potentielle levée des sanctions économiques ont accru la compétition des acheteurs au niveau local sans que les cotations FOB n’évoluent. Le prix de la gomme dure évolue entre 24,9 et 28,6 SDG/kg sur les marchés aux enchères du Nord Kordofan alors que le prix de la gomme friable varie entre 5,8 et 6,2 SDG/kg.

Les prix conseillés à la vente comme l’achat dans les régions sont:

Bulletin sur le marché de l’Anacarde

Le Marché en un clin d’oeil
Prix pratiqués pour la noix de cajou brute dans les différents pays producteurs d’Afrique

Au Nigéria, la commercialisation continue de ralentir. Au niveau des zones de production, peu de stocks sont désormais disponibles. La majorité des stocks encore présents sont le résultat de la nouvelle floraison tardive dans l’Ouest du pays dont la qualité est affectée par les pluies…/…

En Côte d’Ivoire, le marché de la noix de cajou est encore actif mais les échanges commencent à être timides sur le terrain.
Les stocks se raréfient chez les producteurs. Seules de petites quantités existent encore chez certains d’entre eux qui ont fait de la rétention…/…

Au Burkina, la campagne est quasiment terminée. Sur les quatre régions productrices, seules deux enregistrent encore des transactions. L’offre est actuellement très irrégulière, isolée et en très petites quantités. Les prix observés restent globalement identiques à ceux de la semaine écoulée dans les Hauts-Bassins. Dans les Cascades, on note un léger repli par endroit du fait du retrait des acheteurs. Dans l’ensemble, il n’y a plus de préfinancement ; les achats se font au jour le jour selon la disponibilité de l’offre…/…

Au Mali, le marché de l’anacarde est quasi-identique à la semaine dernière. Les prix sont stables mais connaissent par endroit de légères baisses. La mobilisation des noix sur le marché est irrégulière et les volumes faibles. Les acheteurs étrangers sont de moins en moins actifs, la qualité de la noix se dégrade mais les prix restent hauts…/…

En Guinée, le marché de l’anacarde est marqué par une forte diminution des stocks disponibles dans la région de Kankan. Les disponibilités actuelles sont pour la plupart issues d’une part des zones de grandes production où quelque stock existe encore et d’autre part des stocks de rétention de certains producteurs. Au fait, il est observé ces derniers temps, la mise en vente de plus en plus des stocks de rétention…/…

Au Sénégal, la commercialisation reste intense mais l’évolution des prix a été plutôt surprenant cette semaine. Après plusieurs semaines de hausse, les prix ont connu une chute dans toutes les régions de la Casamance. Par contre à Sokone, les prix ont légèrement augmenté par rapport à la semaine dernière…/…

Le marché international de l’anacarde

Cette semaine, les prix sur le marché international ont évolué de manière contrastées. Si les transformateurs indiens ont eu tendance à revoir leurs offres une nouvelle fois en hausse pour tous les grades, les transformateurs vietnamiens les maintiennent dans une fourchette relativement stable…/…

Le point de vue des analystes

En fin de semaine dernière, le 36ème congrès mondial des Fruits à coques et Fruits secs s’est tenu à Chennai en Inde. Lors de cette grande rencontre internationale, les échanges entre les intervenants ont semblé confirmer que la production mondiale de noix de cajou ne devrait pas diminuer cette année et pourrait même légèrement augmenter. Les estimations fournies par plusieurs intervenants sont à prendre avec précaution car elles sont encore très largement incertaines mais une partie de plus en plus grande des acteurs du marché semblent réaliser que les annonces de mauvaises production de ces derniers mois ont été fortement exagérées…/…

Pour en savoir plus : abonnez-vous au bulletin !

Bulletin sur le marché de la gomme arabique au Tchad

Le marché de la gomme arabique en un coup d’oeil

Gomme friable (Talha)

Avec la tombée des pluies dans certaines régions productrices, les activités de cueillette de la gomme friable commencent à ralentir. Les producteurs s’orientent vers les travaux champêtres. De plus, les éleveurs transhumants continuent leur migration dans d’autres régions, ce qui limite d’autant plus la récolte. La demande en gomme friable reste bonne et, malgré les faibles quantités exposées sur les marchés locaux, la qualité est appréciée des commerçants locaux.

Chari Baguirmi. Les pluies de cette semaine ont commencé à ralentir les activités de cueillette. Les quantités exposées sur les marchés commencent à diminuer. La demande reste quant à elle faible. Le prix de la gomme friable observé cette semaine est stable à 160 FCFA/kg (soit 400 FCFA/coro). La tendance à court-terme du prix de la gomme friable dans le Chari Baguirmi va de stable à légère baisse du fait de la faible demande.

Guéra. La demande en gomme friable reste très élevée dans cette région où les producteurs cherchent à satisfaire cette demande malgré la chaleur qui prévaut. Le prix observé cette semaine est en hausse. La gomme est vendue 240 FCFA/kg (soit 600 FCFA/coro) contre 200 FCFA/kg (soit 500 FCFA/coro) la semaine passée. La tendance à court terme du prix de la gomme friable dans le Guéra est à la stabilité voire en légère hausse du fait de la demande.

Hadjer Lamis. Le départ massif des éleveurs transhumants vers les régions du sud à la recherche de l’eau et de pâturages pour les bétails a réduit l’offre locale ces dernières semaines. De plus, les villageois sédentaires se détournent de la cueillette pour préparer les travaux champêtres. La demande locale reste faible car les commerçants locaux se sont retirés du marché de la gomme et s’adonnent à d’autres activités commerciales. Le prix observé cette semaine est en baisse, la gomme est vendue entre 120 à 160 FCFA/kg (soit 300 à 400 FCFA/coro) contre 160 à 180 FCFA/kg (soit 400 à 450 FCFA/coro) la semaine passée. La tendance à court terme du prix de la gomme friable dans le Hadjer Lamis est à la stabilité voire une légère baisse du fait de la demande locale en baisse.

Gomme dure (Kitir)

Les activités commerciales autour de la gomme dure se poursuivent grâce aux stocks proposés par des commerçants et certains producteurs. Les quantités exposées continuent à diminuer et les échanges s’effectuent en fonction de la qualité de la gomme.
La demande est faible sur le plan national car il y a assez de stocks dans les magasins des grossistes et exportateurs et les prix observés cette semaine sont stables dans le Chari Baguirmi, en hausse dans le Guéra et en baisse dans le Hadjer Lamis.

Chari Baguirmi. Des petites quantités sont proposées par les producteurs et les commerçants indépendants dans les marchés hebdomadaires. La qualité de la gomme n’est pas appréciée par les collecteurs qui restent cependant actifs sur le marché de la gomme du fait de leur trésorerie disponible. Le prix observé demeure stable. La gomme est vendue à 700 FCFA/kg (soit 1750 FCFA/coro). La tendance à court terme du prix de la gomme dure dans le Chari Baguirmi est à la stabilité voire en légère baisse car l’offre est faible et de mauvaise qualité.

Guéra. L’offre en gomme friable provient des stocks des producteurs des commerçants indépendants. La gomme est rarement exposée dans les marchés et essentiellement disponible dans les entrepôts des commerçants. La demande locale reste élevée ce qui a créé une importante montée du prix cette semaine. Le prix de la gomme dure de bonne qualité observé cette semaine est en hausse, à 1400 FCFA/kg (soit 3500 FCFA/coro) contre 1000 FCFA/kg (soit 2500 FCFA/coro) la semaine passée. Ce phénomène de hausse des prix s’applique pour les quantités stockées par les commerçants et quelques petits volumes de producteur. La tendance à court-terme du prix de la gomme dure dans le Guéra est à la stabilité voire en légère hausse à cause de la demande.

Hadjer Lamis. La gomme devient de plus en plus rare sur les marchés de cette région et la demande locale est faible. Les volumes disponibles sont de mauvaise qualité et n’attire pas les commerçants locaux. Les prix observés cette semaine sont en baisse, à 700 FCFA/kg (soit 1750 FCFA/coro) contre 1000 FCFA/kg (2500FCFA/coro) la semaine passée. La tendance à court terme du prix de la gomme dure dans la région est à la baisse à cause de la qualité du produit.

Marché international

Au Soudan, alors que la disponibilité en gommes dure et friable est de plus en plus limitée sur les marchés aux enchères. La récolte en deuxième partie de campagne a été nettement moins bonne que lors du début de campagne et, avec la demande locale qui reste très bonne, les prix sur les marchés aux enchères sont clairement en hausse. La gomme dure s’échange entre 1100 et 1232 SDG/gintar au niveau des marchés aux enchères du Nord Kordofan alors que le prix bord-champ atteint 1000 à 1240 SDG/gintar. Le prix de la gomme friable, dont la demande est nettement plus limitée au niveau national, évolue entre 250 et 265 SDG/gintar.

Perspectives et conseils

L’offre en gomme dure est maintenant rare au niveau des producteurs. La plupart des stocks proviennent de commerçants. La demande reste bonne dans certaines régions, comme le Guéra, mais les achats se font en fonction de la qualité de la gomme qui est très variable selon les lots. Nous conseillons aux producteurs et collecteurs locaux du Guéra ayant des stocks restants de vendre au prix actuel de 1400 FCFA/kg qui est particulièrement élevé.

La tombée des pluies a ralenti les activités de cueillette de la gomme friable, activités qui devraient se terminer dans les jours à venir avec le début des travaux champêtres. Les stocks de gomme friable étant important au niveau national, il est peu probable que le prix de la gomme friable dans les marchés locaux augmente significativement dans les semaines à venir. Ainsi nous conseillons de vendre aux prix actuels.

Les prix conseillés à la vente comme l’achat dans les régions sont:

Bulletin sur le marché de l’Anacarde

Le Marché en un clin d’oeil
Prix pratiqués pour la noix de cajou brute dans les différents pays producteurs d’Afrique

 

Au Nigéria, quelques récoltes continuent dans l’Ouest tandis que la commercialisation est pratiquement terminée dans l’Est des zones de production…/…

En Côte d’Ivoire, le marché de la noix de cajou demeure globalement actif.
Mais cette semaine a été particulièrement marquée par un blocage des activités économiques en Côte d’ivoire affectant les transactions de cajou aussi bien dans les zones de production qu’au port…/…

Au Burkina, la campagne tire à son terme. La concurrence dans les dernières zones encore offreuses de quelques noix a renchéri le prix minimum qui y est relevé la semaine dernière…/…

Au Mali, le marché de la noix de cajou s’achemine vers sa fin. Les prix restent stables par rapport à la semaine précédente. Les échanges sont de plus en plus isolés, le volume des transactions faible, les stocks sont rares et les acheteurs se retirent du marché.
Les prix bord-champs varient 700 et 800 FCFA/kg tandis que les commerçants et intermédiaires revendent leurs faibles volumes entre 700 et 900 FCFA/kg…/…

En Guinée, les récoltes de la noix de cajou s’acheminent pratiquement vers la fin dans la région de Kankan avec pour conséquence la baisse de plus en plus du niveau de l’offre sur les marchés de collecte et une forte concurrence autour des stocks disponibles. Cette semaine, les prix bords-champs se sont généralisés à 12000FG/kg (775 FCFA/kg) dans la quasi-totalité des zones de production et allant même parfois à 12200FG/kg (795 FCFA/kg) entre certains protagonistes lorsque la quantité échangée est volumineuse…/…

Au Sénégal, les prix ont encore légèrement augmenté avec une hausse plus marquée dans la zone de Sédhiou où la production locale est complétée par les arrivages de Guinée-Bissau, provoquant une forte affluence d’acheteurs…/…

Le marché international de l’anacarde

Cette semaine, la hausse des prix de la noix de cajou sur le marché international a un peu ralenti mais les prix restent tout de même stables voire en légère hausse selon les grades.
Ainsi, si le prix des amandes de cajou de grade WW320 semble s’être stabilisé aussi bien en Inde qu’au Vietnam, celui des amandes de grade supérieure WW240 comme ceux des amandes brisées et fendues ont globalement augmenté…/…

Le point de vue des analystes

Après la publication des statistiques commerciales du Vietnam la semaine passée, nous publions cette semaine les dernières statistiques d’importation des USA et de l’Union Européenne sur le premier trimestre 2017…/…

 

Pour en savoir plus : abonnez-vous au bulletin !