Bulletin sur le marché de la gomme arabique au Tchad

Gum market in Sudan

The rain season is now well settled in Sudan. The gum market is now quiet at the village level although few amounts of gum are still available in local traders’ stores. Some sales might be expected in the coming days in order to cash in for the Eid al-Fitr. Regarding the available gum stocks in Sudan, it seems that hashab stocks are rather limited while storage facilities are full of talh gum.

Small amounts of hashab and talha gum have been traded at the El Obeid auction market during the last week of May (4 MT of hashab and 10 MT of talha in the last fortnight of May). Hashab gumprices ranged between 1,100 and 1,300 SDG/gintar and talah gum prices were 270 SDG/gintar. No gum exchanges has been observed outside the auction market during this period.

Meanwhile, the gum market has been busier in En Nuhood where 553 MT of hashab gum have been sold in the two last weeks of May at prices ranging between 1,250 and 1,270 USD/MT, amongst the highest prices of this campaign. These important amounts of hashab gum exchanged attest the fact that En Nuhood has became the main gum-trading place in North Kordofan.

In Oum Rowaba, small exchanges of hashab gum have also been noticed during the last week of May. 0,4 MT of hashab gum have been sold at 1,200 SDG/gintar.No transactions on talha gum have been recorded. The Oum Rowaba auction market has been scarcely supplied in gum this year (702 MT of hashab gum in total for the whole campaign) as the local traders bypassed it andsold theirgum to others markets, including those of El Obeid.

FOB quotations remained stable during the last month: from 2,540 to 2,550 USD/MT for hashab gum and 750 USD/MT for the talha gum.

Gum market retrospectives

International supply and demand. Gum exports from producing countries overtook 110,000 MT in 2016. Sudan remains the main actor of this export growth with 2/3 of the total exports from African countries (74,500 MT in 2016) but we can also notice that new African countries, Mali and Senegal, have started to emerge in the gum trading business. They together exported 9,300 MTin 2016 (more than Nigeria the same year) while gum exports from these countries combined were below 2,000 MT before 2014. India’s gum demand is an important factor of this growth. India became the world first gum importer before France, with 30% of the total world gum imports in 2016.

 

2016-2017 campaign.The good 2016 rainy season and an early end of the rainfalls were signs for a good first gum harvest in Sudan.The hashab gum supply from the first harvest has indeed been very important and largely higher than the first harvest of the previous campaign. In El Obeid, around 5,300 MT of hashab gum were traded from November to March during the 2016-2017 campaign when only 765 MT were exchanged during the same period in 2015-2016.

This large supply has maintained low hashab prices, especially at the international level where FOB quotations for the hashab have been 600 to 800 USD/MT lower than the previous campaign. However this bullish trend inverted with the second harvest, which has been rather low due to mild weather conditions. Prospects of lower hashab supply, but also a favourable political context with the potential US sanctions lift, have pushed hashab auction market prices up while hashab FOB quotations also improved to end around 2,550 USD/MT (still lower than the 2,800 USD/MT in June 2016).

Regarding the talha gum market, the previous season carryover was important and the talha production from the first.

harvest, like the hashab, was expected large. From January to June 2017, 5,550 MT of talha gum have been traded in El Obeid, only 1,000 MT less than the previous campaign. These conditions strengthened international buyers’ bargaining power and maintained talha prices at a low level during the whole campaign. Talha FOB quotations evolved around 700 USD/MT during most of the campaign, with a slight increase on the last months of the campaign due to scarcer talha gum supply. This talha price increase has also been noticeable at the auction market level but prices remained well above the prices of the previous season.

While the available international trade statistics indicate that Sudan’s gum arabic exports during the first quarter of this year have been lower than in 2016 (17,000 MT in 2016 and 12,400 MT in 2017), it is fair to expect that the Sudanese gum exports from the 2016-2017 season will greatly exceed exports of the past campaigns.

Bulletin sur le marché du karité

Bilan de la campagne de karité en Afrique de l’Ouest

Evolution des prix bord-champ moyens des amandes de karité au Burkina Faso, au Mali et en Côte d’Ivoire (FCFA/kg)

La campagne de karité 2016/2017 a démarré en Afrique de l’Ouest dans une situation incertaine.
D’un côté, d’importants stocks résiduels d’amande et de beurre de karité de la campagne 2015/2016 étaient toujours disponibles chez plusieurs gros transformateurs et chez les principaux exportateurs.
D’un autre, la taille de la récolte semblait décevante et pouvait laisser craindre une forte hausse de la concurrence au cours de la campagne.
Jusqu’à la moitié du mois de septembre 2016, l’intensité des pluies maintenait le taux d’humidité des amandes de karité à un niveau élevé et les exportateurs, s’appuyant sur leurs stocks de l’année précédente restaient en dehors du marché.
Ce n’est que pendant la deuxième moitié du mois de septembre que l’amélioration du taux d’humidité des amandes et les rumeurs de mauvaises récoltes ont poussé les acheteurs à rentrer progressivement dans le marché. Sous l’influence des préfinancements des exportateurs et de la concurrence entre commerçants, les prix pratiqués ont progressivement augmenté dans la majorité des zones de production jusqu’à la mi-octobre…/…

Bilan partiel des échanges internationaux de karité

Les volumes d’importation baissent plus fortement en Inde avec seulement 18,7% des volumes pour l’Inde cette campagne contre 22.9% la campagne précédente. La tendance à l’extension du marché asiatique semble ralentie.
Par contre la tendance à l’accroissement de la part des exportations en beurre se poursuit. En effet, le beurre de karité correspond à 31% des importations en équivalent amande contre 26% la campagne passé. Ce ratio entre beurre et amande est similaire pour les 2 régions importatrices 31 % et 33%…/…

Le point de vue des analystes sur la campagne 2016-2017

Le marché du karité a été particulièrement ralenti en Afrique de l’Ouest cette campagne. Au début de la campagne, les exportations d’amandes de karité vers l’Europe et l’Inde étaient relativement normales mais quelques mois plus tard, les échanges ont commencé à être timides avec des prix baissiers jusqu’à la fin de la campagne. Cette situation est la conséquence non seulement de la baisse des cours du beurre de cacao sur le marché international à cause d’une surproduction de cacao dans le monde mais aussi d’un ralentissement consommation de chocolat dans le monde…/…

Pour en savoir plus : abonnez-vous au bulletin !

Bulletin sur le marché de l’Anacarde

Le marché en un coup d’oeil

Prix pratiqués pour la noix de cajou brute dans les différents pays producteurs d’Afrique de l’Ouest

En Côte d’Ivoire, le marché de la noix de cajou ralentit progressivement annonçant une fin plutôt précoce de cette campagne.
Les stocks détenus par des producteurs deviennent rares dans la majorité des zones de production. Dans les zones où il y a encore de petits stocks, ils sont le plus souvent de mauvaise qualité et aux mains d’acheteurs locaux. Les détenteurs de stocks peinent à trouver des exportateurs pour libérer ces stocks car la plupart ont déjà quitté la Côte d’Ivoire…/…

Au Burkina, la campagne de commercialisation tire inéluctablement sa révérence au fil de ces dernières semaines.
Au niveau bord-champ, ce sont de petits stocks résiduels de qualité inférieure que l’on peut rencontrer chez un tout petit nombre de producteurs dont les vergers sont dans les abords de bas-fonds. Les prix de ces petits stocks varient entre 765 et 800 FCFA/kg…/…

Au Mali, le marché de la noix est calme par rapport à la semaine dernière car les échanges sont de plus en plus isolés et les volumes très faibles. Les prix continuent à baisser alors que les acheteurs sont quasiinexistants sur les marchés.
Les prix bord-champs se situent entre 250 et 400 FCFA/ kg. Ces échanges sont rares et leurs faibles. Les échanges ponctuels entre commerçants locaux varient entre 450 et 550 FCFA/kg, mais les ventes sont aussi rares…/…

En Guinée, le marché de l’anacarde est de moins en moins actif dans la région de Kankan. Les stocks en zone de production sont complètement épuisés. Les maigres quantités qui y proviennent sont de qualité douteuse. Les disponibilités existant au niveau des commerçants sont faibles. En raison de l’incertitude de la qualité, Plusieurs d’entre ceux-ci procèdent au séchage des quelques stocks disponibles avant de les écouler. Les prix bords champs ont baissé de 12 500 FG/kg prix maxi à 12 000 FG/kg (775 FCFA/kg) dans les zones de production où il y a encore des stocks…/…

Au Sénégal, la campagne de commercialisation de cajou approche de sa fin dans le Sud du Sénégal avec l’hivernage qui s’installe de plus en plus ; par contre à Sokone, une nouvelle phase de production devrait encore rallonger la campagne.
Les prix ont légèrement baissé cette semaine dans toutes les zones…/…

Le marché international de l’anacarde

Cette semaine, les prix pratiqués sur le marché mondial se sont stabilisés à un niveau plus bas que ceux pratiqués au cours du mois de mai. Le nombre de transactions est assez limité et beaucoup d’acteurs craignent désormais une spirale baissière…/…

Le point de vue des analystes

Cette semaine nous publions les statistiques d’importation des USA et de l’Union européenne sur les 4 premiers mois de l’année. Comme visible ci-dessous, les importations américaines sont en nette hausse sur cette période tandis que les importations européennes ont subi une légère baisse. Le total des arrivages des deux zones est en légère progression.
Sur ces deux marchés l’Inde semble reprendre des parts après en avoir beaucoup perdu en 2016, tandis que le Vietnam semble stabiliser ses parts de marché…/…

Pour en savoir plus : abonnez-vous au bulletin !

Bulletin sur le marché de l’Anacarde

Le marché en un coup d’oeil

Prix pratiqués pour la noix de cajou brute dans les différents pays producteurs d’Afrique de l’Ouest

En Côte d’Ivoire, le marché de la noix de cajou devient de moins en moins dynamique au fur et mesure que les stocks et la qualité sont en baisse. Le gros des échanges se situent au niveau des grossistes qui détiennent encore des stocks.
La qualité actuelle des noix est très mauvaise. Beaucoup de chargements sont refoulés au port et les acheteurs encore actifs sur le terrain, sont obligés de procéder au tri et au séchage des noix avant la livraison au port…/…

Au Burkina, la campagne de commercialisation est presque fermée.
Les gros acteurs ont quitté le marché. Avec les pluies, la qualité des petites récoltes tardives se trouve affectée. En conséquence, les prix observés la semaine dernière pour ces offres moribondes localisées dans les Hauts-Bassins et les Cascades connaissent une baisse…/…

Au Mali, le marché de la noix connait une chute brutale des prix par rapport à la semaine dernière. Les volumes des échanges subissent une nette baisse car les stocks sont rares, la qualité se dégrade et la demande est devenue faible. Les acheteurs étrangers ont quitté le marché alors que locaux effectuent peu d’achat…/…

En Guinée, dans la région de Kankan, en Guinée, la commercialisation de la noix de cajou s’est beaucoup affaiblit à cause de la fin de campagne. La morosité du marché s’affiche de jour en jour ; les stocks ruraux existent moins en moins et sont pour la plupart de qualité incertaine suite aux pluies. Les échanges effectués se situent au seul niveau des grossistes…/…

Au Sénégal, avec le début de l’hivernage, la fin de la campagne de cajou approche. Une deuxième pluie a été encore enregistrée dans la zone de Kolda. L’offre de cajou s’est nettement affaiblit et les collecteurs commencent à avoir des difficultés à collecter des quantités importantes…/…

Le marché international de l’anacarde

Cette semaine, le réajustement du marché international de l’anacarde semble se confirmer. Les prix de la noix brute comme de l’amande sont en légère baisse…/…

Le point de vue des analystes

Cette semaine, le Vietnam et le Brésil ont publié leurs dernières statistiques commerciales. Celle-ci semblent confirmer encore un peu plus une hausse de la production mondiale en 2017.
Comme visible ci-dessous, les importations vietnamiennes continuent d’être beaucoup plus importantes que les années passées avec une croissance remarquable des arrivages en provenance de Côte d’Ivoire mais également des autres pays d’Afrique de l’Ouest (classés dans « autres » et pour lesquels nous n’avons malheureusement pas le détail par pays)…/…

Pour en savoir plus : abonnez-vous au bulletin !

Bulletin sur le marché de l’Anacarde

Le Marché en un clin d’oeil
Prix pratiqués pour la noix de cajou brute dans les différents pays producteurs d’Afrique

Au Nigéria, les achats bord-champ ont pratiquement disparu. La majorité des achats qui se font encore sont le fait des transformateurs locaux qui rachètent leurs stocks résiduels (quelques sacs ou quelques tonnes) aux commerçants qui en ont encore…/…

En Côte d’Ivoire, le marché de la noix de cajou a ralenti et les échanges deviennent de plus en plus timides. Les prix d’achat ont encore baissé cette semaine aussi bien au niveau portuaire que sur le terrain…/…

Au Burkina, la campagne de commercialisation approche de sa fin. Les gros acheteurs arrêtent progressivement leurs activités dans l’anacarde.
De petites ventes continuent de se faire dans les Hauts-Bassins et les Cascades mais elles sont de plus en plus rares. Les achats bord-champ se font entre 1200 et 1350 FCFA soit entre 800 et 900 FCFA/kg…/…

Au Mali, le marché de la noix de cajou tend vers sa fin. Les échanges diminuent, la qualité de la noix se dégrade et partout les prix sont baissiers par rapport à la semaine dernière. Les acheteurs étrangers quittent le marché car les stocks de noix de cajou disponibles sont de plus en plus faibles…/…

En Guinée, la campagne de commercialisation de la noix de cajou est dans sa phase finale dans la région de Kankan. L’hivernage s’installe avec son cortège de pluies. Les marchés ruraux ne sont plus très animés ; les stocks s’estompent et les transactions s’espacent sur les marchés urbains. Les acheteurs étrangers ont pratiquement déserté les lieux…/…

Au Sénégal, on vient d’enregistrer cette semaine une première pluie dans la zone Sud, plus précisément dans la région de Kolda et de Sédhiou qui est la zone de production la plus importante de la Casamance…/…

Le marché international de l’anacarde

Cette semaine, face à une demande en amande qui reste toujours faible et des arrivages de noix de cajou brute importants au niveau des ports asiatiques, les prix se sont stabilisé voire ont légèrement diminué pour la première fois depuis des mois…/…

Le point de vue des analystes

La publication des statistiques commerciales de l’Inde pour le mois d’avril nous permet de faire un bilan des arrivages de noix brute au niveau des usines indiennes et vietnamiennes sur les 4 premiers mois de l’année…/…
Contrairement, à l’année 2016, ou la forte hausse des importations vietnamiennes avait eu pour pendant une nette baisse des importations indiennes, sur le début de l’année 2017 les importations des deux pays sont en nette hausse comme visible ci-dessous…/…

Pour en savoir plus : abonnez-vous au bulletin !