Bulletin sur le marché de la gomme arabique au Tchad

Situation actuelle

A l’heure actuelle, plus aucun stock n’est disponible dans les zones productrices de la gomme arabique, ni sur les marchés locaux, ni dans les magasins des commerçants locaux.

Les acteurs sont en plein préparatif pour la campagne 2017-2018. Un atelier interprofessionnel de lancement de la campagne 2017-2018 a eu lieu le 15/10/2017 à Mongo. Cet atelier, initié par le projet SAMOUKHNA et l’Association des Professionnels de la Filière Gomme Arabique du Guéra (APFGAG), a regroupé les commerçants locaux, les grossistes, les exportateurs et les représentants des producteurs de la région du Guéra. Etaient au centre des échanges, la contractualisation des financements des producteurs par les commerçants locaux et le respect du cahier de charges (qualité de la gomme durable) exigée par les exportateurs. La question des prix n’était cependant pas à l’ordre du jour.

Du côté de la production, la pluviométrie a été quelque peu inférieure à la normale pendant le mois de septembre dans toutes les zones de production. Cette tendance s’est poursuivie début octobre hormis dans quelques zones comme dans le sud du Hadjer Lamis et l’ouest du Guéra. Le cumul pluviométrique est toutefois très favorable dans la majorité des zones de production (cf rapport pluviométrique de l’ANADER pour le Guéra) sauf dans quelques zones, comme le département de Mangalmé et préfigure de bonnes conditions pour la production de cette année.

Dans les terrains montagneux et rocailleux, les gommiers sont actuellement à l’état de flétrissement des feuilles (phase cruciale pour saigner les acacias) alors que, au niveau des bas-fonds ou terrain sablonneux (cas du Batha, notamment), l’humidité est encore importante et les acacias gardent encore leurs feuilles.
Ainsi les activités de saignée de l’acacia sénégal ont débuté depuis la première semaine du mois d’octobre dans toutes les régions productrices de gomme. Les producteurs ont pour la plupart saigné leurs parcelles des zones montagneuses sont maintenant saignées. Dans les bas-fonds et terrains sablonneux, les premières saignées devraient débuter vers la fin du mois d’octobre. Dans la zone de Dourbali et dans le Guéra, les premières saignées ont commencé par endroit. A Koundjourou, dans le Batha, les premières saignées ont débuté la deuxième semaine d’octobre et se poursuivent actuellement. Au niveau d’Am-Timan, l’humidité est encore importante et les activités de cueillette n’ont pas encore commencé.
A noter que dans toutes ses zones de production, certains producteurs n’ont pas encore pu saigner leurs parcelles car cette activité coïncide avec les récoltes qui débutent ce mois-ci. Ceci présage d’un étalement des saignées dans les zones de production et ainsi de l’arrivée de la récolte sur les marchés locaux.

Marché international

Au Soudan, l’embargo commercial, imposé il y a 20 ans par les Etats-Unis, a pris fin le 12 octobre dernier. Il est encore cependant encore tôt pour connaître l’impact de la levée d’embargo sur l’économie soudanaise. L’impact sur les investissements étrangers dans le pays reste encore en suspens, bien que nombreux acteurs estiment que des réformes économiques seront nécessaires pour attirer les investisseurs. Le cours du dollar US sur le marché noir a connu de fortes variations après le 12 octobre. La levée de l’embargo a contribué à un renforcement du SDG face au dollar US sur le marché noir mais cette euphorie a été de courte durée et, actuellement, le SDG est côté 1 USD = 21,7 SDG, soit un peu plus bas qu’avant la levée des sanctions.
Du côté de la filière gomme arabique, les stocks de gomme dure sont très bas et de qualités diverses. La demande locale pour les derniers stocks tend à faire augmenter les prix. Le prix de la gomme dure sortie grossiste évolue autour de 37-39,5 SDG/kg et la cotation FOB entre 2450-2600 USD/tonne. Les stocks de gomme friable sont encore conséquents. Les tensions sont donc moindres et la cotation FOB pour la gomme friable se situe autour de 750 USD/tonne. Cette situation devrait perdurer jusqu’à l’arrivée des premières récoltes sur les marchés aux enchères, d’ici fin novembre. Tout comme au Tchad, les conditions météorologiques ont été favorables pour une bonnerécolte et les producteurs sont mobilisés. Nous attendons à une bonne récolte comme l’année passée.

Perspectives

Le cumul de la précipitation renseignée est très favorable pour un bon exsudat de la gomme. Les conditions sont actuellement favorables dans les zones de production de gomme dure (acacia Sénégal). A présent très peu des dégâts ont été signalé dans les gommeraies. Nous espérons ainsi une très bonne production de gomme, à condition qu’aucun feu de brousse ne survienne dans les gommeraies et que les périodes des saignées soient très bien respectées par les producteurs.
Les conditions sur le marché international sont assez similaires à l’année passée. Côté pays producteurs, les stocks de gomme dure sont très limités alors qu’on note un important report de stocks de gomme friable de la campagne passée. Dans ces conditions, il est peu probable que le prix de la gomme friable évolue fortement dans les prochaines semaines alors qu’une augmentation du prix de la gomme dure sur le marché international est possible avant l’arrivée des premières récoltes.
Pour mémoire, début décembre 2016, le prix de la gomme friable sur les marchés locaux se situaient autour de 200 FCFA/kg et le prix de la gomme dure entre 600 et 800 FCFA/kg. En fin de saison, début mai 2017, le prix de la gomme friable évoluait entre 120 et 240 FCFA/kg, selon les régions et la qualité des lots. Le prix de la gomme dure entre 700 et 1000 FCFA/kg, avec quelques lots vendus à 1400 FCFA/kg. Dans le cas de la gomme dure, il y a donc eu une marge de progression intéressante des prix au cours de la saison. Il est encore tôt pour évaluer quelle sera la tendance pour la campagne à venir mais les conditions actuelles semblent indiquer qu’une stratégie de stockage d’une partie de la récolte de gomme dure puisse être payante cette année.