Bulletin sur le marché de l’Anacarde

Le Marché en un clin d’oeil
Prix pratiqués pour la noix de cajou brute dans les différents pays producteurs d’Afrique

Au Nigéria, les récoltent tendent vers la fin à l’Est et continuent de manière irrégulière à l’Ouest où bien que dans certaines zones les arbres portent encore beaucoup de fruits, dans d’autres à seulement quelques kilomètres, les arbres ne portent plus rien…/…

Au Bénin, les prix ont connu une évolution disparate.
Dans la majorité des régions, l’offre diminue car les récoltes tendent vers la fin et les seuls stocks encore disponibles restent avec des gros producteurs et des commerçants qui attendent 1000 FCFA/kg. Dans ces conditions, les acheteurs ont eu tendance à se retirer et les prix ont baissé par rapport à la semaine précédente…/…

Au Ghana, la campagne semble tirer vers sa fin avec de moins en moins de fruits sur les arbres et des pluies de plus en plus régulières qui provoquent une baisse de la qualité…/…

En Côte d’Ivoire, le marché de la noix de cajou maintient son dynamisme des semaines passées. La concurrence entre les acheteurs aussi bien locaux qu’étrangers est forte. Les quantités disponibles restent toujours faibles par rapport à la demande des nombreux acheteurs en activité…/…

Au Burkina, le contexte du marché demeure identique à celui de la semaine écoulée : disponibilité des noix en baisse au niveau bord-champ, maintien de la demande et de niveaux des prix…/…

Au Mali, le marché de la noix de cajou est au ralenti mais les prix sont haussiers par rapport à la semaine dernière. Le volume et le nombre des échanges sont de plus en plus faibles car les stocks baissent et les détenteurs de stocks vendent de manière étalée…/…

En Guinée, le marché de l’anacarde demeure actif et est toujours dominé par la présence des acheteurs étrangers.
Dans la région de Kankan, les stocks en zone de production commencent à se rétrécir car les récoltes diminuent mais la demande est toujours pressante. La fourchette des prix bords-champs variant entre 10 000 et 11 500 GNF/kg (660 et 775 FCFA/kg) est restée relativement stable par rapport à la semaine dernière avec une majorité des échanges un peu plus bas entre 10 000 et 11 000 GNF/kg…/…

Au Sénégal, on assiste cette semaine encore à un accroissement de la demande en noix de cajou. Le marché maintient son dynamisme avec de plus de plus de spéculation…/…

Le marché international de l’anacarde

Sur le marché international, le prix de l’amande de cajou a connu une nouvelle hausse pour tous les grades pratiqués.
En outre, si les prix du Vietnam n’ont que peu augmenter, le prix des amandes d’origine indienne a connu une forte hausse et sont repassé au-dessus des prix Vietnamiens…/…

Le point de vue des analystes

Les récoltes tendent vers leur fin dans la majorité des zones de production d’Afrique de l’Ouest. Mis à part, la zone Guinée-Bissau, Sénégal, Gambie, où les récoltes battent leur plein, on peut estimer qu’autour 90% de la production 2017 ont été récoltés. Une enquête auprès des producteurs nous a permis d’estimer que chez la majorité d’entre eux, la récolte les rendements sont en légère baisse ou stable par rapport à l’année passée. Avec la croissance des superficies productives, la production d’Afrique de l’Ouest devrait tout de même augmenter cette année mais dans des proportions limitées…/…

Pour en savoir plus : abonnez-vous au bulletin !

Bulletin sur le marché de l’Anacarde

Le Marché en un clin d’oeil
Prix pratiqués pour la noix de cajou brute dans les différents pays producteurs d’Afrique

Au Nigéria, la commercialisation de la noix de cajou est repartie à vive allure même si la majorité des exportateurs restent très prudents et travaillent plutôt en achat direct qu’en achats préfinancés.
Le Naira a connu une légère dévaluation la semaine passée et le taux de change de la monnaie nigériane est revenu autour de 1 USD = 400 NGN sur le marché libre (contre 1 USD = 315 NGN sur le marché officiel)…/…

Au Bénin, malgré la mise en place d’une taxe sur l’exportation de noix de cajou brute, les prix ont connu une nouvelle hausse cette semaine.
La demande des exportateurs reste très forte avec une présence plus forte des vietnamiens par rapport aux années passées…/…

Au Ghana, la situation reste relativement comparable à celle de la semaine passée.
La commercialisation continue à un bon rythme mais avec moins de spéculation que les mois passés et les prix bord-champ sont stables entre 5 et 5,5 GHS/kg (750 et 825 FCFA/kg)…/….

En Côte d’Ivoire, la campagne reste intense avec une demande toujours aussi forte et des prix en hausse malgré la baisse de la qualité.
De nouvelles commandes de transformateurs vietnamiens et indiens continuent d’arriver tandis que la collecte du produit est de plus en plus difficile et que les quantités récoltées diminuent rapidement…/…

Au Burkina, les prix se maintiennent à leur niveau de la semaine écoulée. Dans certaines régions, les premières récoltes sont presque toutes vendues et les fruits se raréfient dans les vergers. Par conséquent, on note une baisse progressive du volume des transactions bord-champ tandis que la demande demeure active…/…

Au Mali, une légère hausse de prix est enregistrée sur le marché de l’anacarde par rapport à la semaine dernière.
Les commandes étrangères diminuent mais restent bonnes. Le volume global échangé, le nombre de transactions ainsi que la qualité des noix sont par contre en baisse…/…

En Guinée, le marché de l’anacarde a été marqué cette semaine par le lancement officiel de la campagne de commercialisation dans la région de Boké et l’annonce du prix plancher à 7000 Francs Guinéens/kg par le gouvernement…/…

Au Sénégal, la campagne s’est encore intensifiée cette semaine et les prix ont dans l’ensemble connu une évolution à la hausse…/…

Le marché international de l’Anacarde

Sur le marché international, les prix pratiqués sont relativement stables au niveau des deux dernières semaines.
Le nombre de transactions d’amande comme de noix brute est en hausse en terme de quantités contractualisées ce qui semble témoigner du fait que la majorité des acteurs du marché ont accepté de travailler aux prix actuels malgré leur base très spéculative…/…

Le point de vue des analystes

La concurrence reste intense malgré les centaines de milliers de tonnes de noix de cajou brute déjà en route vers l’Asie et il semble de plus en plus possible que la demande insatiable de l’industrie de transformation vietnamienne sera capable d’absorber la majorité de la production ouest-africaine à ces prix historiquement élevés au détriment de l’industrie indienne et des industries locales d’Afrique de l’Ouest…/…

Pour en savoir plus : abonnez-vous au bulletin !

Bulletin sur le marché de l’anacarde

Le Marché en un clin d’oeil
Prix pratiqués pour la noix de cajou brute dans les différents pays producteurs d’Afrique

Au Nigéria, le Naira semble avoir retrouvé un semblant de stabilité depuis la semaine passée avec un taux sur le marché informel autour de 1 USD = 380 NGN.
Dans ce contexte, la commercialisation de la noix de cajou a connu une reprise progressive mais au niveau du port de Lagos, les exportateurs semblent avoir fini de compléter leurs premiers contrats et ils ont réduit leur demande…/…

Au Bénin, vendredi dernier, le Président de la République a annoncé la mise en place d’une taxe de 50 FCFA/kg sur l’exportation de noix de cajou brute en supplément de la taxe de 10 FCFA/kg instituée début d’année pour protéger d’avantage l’industrie locale…/…

Au Ghana, la demande a fait le yoyo ces dernières semaines. Les spéculations abusives qui avaient poussé les prix jusqu’à 8 GHS/kg (1125 FCFA/kg) semblent avoir fait place à ces achats plus rationnels et les prix ont connu une très nette baisse passant à entre 5 et 5,5 GHS/kg (750 à 825 FCFA/kg au niveau bord-champ…/…

En Côte d’Ivoire, le marché de la noix de cajou est toujours très actif.
La récolte de la deuxième production de la noix de cajou est en cours dans certaines zones. Mais dans d’autres zones, elle tarde à démarrer et les producteurs se demandent si les arbres ne vont pas finir de produire plus tôt que d’habitude…/…

Au Burkina, les fréquences des récoltes sont de plus en plus espacées au niveau bord-champ. Au regard des bons prix obtenus jusqu’ici, les producteurs désirent une deuxième floraison plus fructueuse. Globalement, les prix ont demeuré stable comparativement à la semaine écoulée…/…

Au Mali, le marché de la noix de cajou reste stable par rapport à la semaine précédente. Les échanges sont soutenus par les commandes des étrangers qui sont actifs dans les différentes zones de production. L’offre producteur commence à baisser mais reste globalement bonne…/…

En Guinée, le marché de noix de cajou maintient son rythme dynamique avec une demande toujours importante par rapport à l’offre. Cependant, les prix ont connu une relative stabilité cette semaine avec pour la majorité des échanges des prix bords-champs entre 10 000 et 11 200 FG/kg (675 et 750 FCFA/kg) dans la région de Kankan…/…

Au Sénégal, les acteurs du marché du cajou sont très actifs car les transactions sont dynamiques dans les zones de production. La campagne de commercialisation est très avancée dans la zone de Sokone tandis qu’en Casamance la campagne est encore à ses débuts…/…

Le marché international de l’anacarde

Sur le marché international, après la hausse de la semaine passée les prix se sont dans l’ensemble stabilisés cette semaine…/…

Le point de vue des analystes

Les dernières statistiques d’importation du Vietnam semblent confirmer la forte exagération de la situation dans ce pays et son voisin le Cambodge.
D’après les douanes vietnamiennes, sur les 3 premiers mois de l’année, 46 844 tonnes de noix brute cambodgienne sont arrivées au Vietnam contre 47 740 tonnes sur la même période l’année passée (-1,9%). Si on prend en compte le retard de production dans la zone qui aurait dû réduire les arrivages sur cette période, il semble que la récolte cambodgienne (dont la quasi-totalité est exportée au Vietnam voisin) ne soit pas si mauvaise qu’annoncé…/…

Pour en savoir plus : abonnez-vous au bulletin !

Bulletin sur le marché de l’anacarde

Le Marché en un clin d’oeil
Prix pratiqués pour la noix de cajou brute dans les différents pays producteurs d’Afrique

Au Nigéria, la commercialisation de la noix de cajou brute reste particulièrement lente après la nouvelle augmentation surprise du Naira des semaines passées.
Beaucoup de commerçants locaux ont encore entre leurs mains des stocks payés à des prix élevés en Naira qu’ils refusent de revendre à des prix nettement plus bas…/…

Au Bénin, la demande reste toujours importante mais les prix ont malgré tout connu une nouvelle légère baisse dans une majorité de localités et une stabilité dans d’autres.
La première récolte est terminée et la deuxième est en cours. L’offre a un peu diminué pendant l’intervalle entre les deux récoltes mais elle est surtout limitée car beaucoup de producteurs continuent de stocker une grande partie des quantités qu’ils ont récolté…/…

Au Ghana, après le ralentissement de la semaine passée, la demande est repartie de plus belle et les prix ont connu une nouvelle hausse dans certaines zones avec des achats bord-champ à 8 GHS/kg (1100 FCFA/kg) même si une majorité d’achat continuent de se faire à 7 GHS/kg (975 FCFA/kg)…/…

En Côte d’Ivoire, la baisse des stocks mis en vente a légèrement ralenti le marché de la noix de cajou.
Beaucoup de financements sont disponibles actuellement dans les zones de production mais les stocks vendus par les producteurs sont inférieurs aux besoins des exportateurs. Cette situation inquiète certains acheteurs locaux qui craignent de ne pas pouvoir honorer leurs engagements cette campagne…/…

Au Burkina, cette semaine le marché de la noix de cajou reste très dynamique et les pluies dans les zones productrices confortent les espoirs des producteurs pour la seconde floraison des vergers…/…

Au Mali, une nouvelle baisse de prix de l’anacarde est constatée cette semaine dans les principales zones de production. Ces baisses enregistrées ne semblent pas affecter le nombre et le volume des échanges qui se maintiennent par rapport à la semaine dernière. Les acheteurs étrangers sont actifs mais négocient les prix les plus bas possible…/…

En Guinée, le marché de l’anacarde continue à être beaucoup plus actif. Le niveau de l’offre de la noix s’est nettement amélioré par rapport aux semaines précédentes suite au repli des collecteurs ivoiriens et maliens dans les zones de production guinéennes frontalières de ces pays. Toutefois, la demande reste toujours supérieure à l’offre et les prix continuent leur progression à la hausse dans plusieurs endroits…/…

Le marché du cajou au Sénégal maintient son fort dynamisme de la semaine passée dans la zone de Sokone.
En Casamance, plus précisément dans les zones de Kolda et Sédhiou la campagne de commercialisation est encore à ses débuts. Les récoltes sont en cours.
Dans la zone de Sokone, le marché du cajou reste très animé. Il est caractérisé par une forte demande et une offre encore bonne mais largement inférieure à la demande. La concurrence entre acheteurs se poursuit. Les intermédiaires sont très actifs. Ils bénéficient des préfinancements importants des exportateurs étrangers et locaux pour s’approvisionner au niveau des villages et marchés hebdomadaires. Les prix ont encore grimpé cette semaine. Les prix bord-champ varient entre 875 à 900 FCFA/Kg. Les prix de gros pratiqués au niveau du marché hebdomadaire de Sokone se situent autour de 900 FCFA/kg. Malgré le niveau de prix élevé, certains transformateurs sont en train de se ravitailler car selon eux la qualité est bonne…/…

Le marché international de l’anacarde

Au cours des derniers jours, le marché international a connu une évolution relativement surprenante qui montre témoigne des incertitudes et d la puissance des rumeurs actuellement à l’oeuvre.
Suite à une intensification des rumeurs de mauvaise récolte au Vietnam, les prix de l’amande de cajou ont connu une nouvelle hausse et surtout, situation très surprenante, la cotation de l’origine Vietnam a dépassé celle de l’origine Inde aussi bien pour les amandes entières que pour les amandes brisées ce qui est une première historique…/…

Le point de vue des analystes

L’évolution du marché de la noix de cajou est actuellement très surprenante.
Certains acteurs du marché annoncent des récoltes vietnamiennes et cambodgiennes sont en baisse de 30% voire même plus…/…

Pour en savoir plus : abonnez-vous au bulletin !

Bulletin sur le marché de l’anacarde

Le Marché en un clin d’oeil
Prix pratiqués pour la noix de cajou brute dans les différents pays producteurs d’Afrique

 

Au Nigéria, la commercialisation a été à nouveau chamboulée par les fluctuations brutales de la monnaie locale le Naira.

La semaine passée, le Gouverneur de la Banque Centrale du Nigeria a annoncé que la Banque Centrale allait continuer à soutenir la monnaie nationale jusqu’à ce que le taux, le Naira a connu une forte hausse. La monnaie nigériane est remontée à 1 USD=400 NGN contre 1 USD=450 NGN en début de semaine dernière…/…

Au Bénin, la campagne de commercialisation est marquée par un léger ralentissement de la demande tandis que l’offre reste toujours importante.
Dans ces conditions, les prix ont connu une légère baisse dans le Centre et le l’Ouest du pays en fin de semaine dernière et au début de cette semaine…/…

Au Ghana, les prix bord-champ restent à 7 GHS/kg (950 FCFA/kg) tandis que les ventes à un prix supérieur se font très rares…/…

En Côte d’Ivoire, le marché de la noix de cajou est toujours intense mais l’activité à très légèrement ralenti, notamment dans les zones les plus isolées à cause des nombreux braquages de commerçants mais aussi en raison des inquiétudes des exportateurs sur une possible baisse à venir.
L’offre de la première récolte a un peu diminué même si les stocks disponibles chez les producteurs restent encore importants dans les zones de production. La demande des acheteurs reste importante et pressante…/…

Au Burkina, cette semaine la concurrence demeure forte.
Grossistes et exportateurs se disputent la noix au niveau bordchamp au grand dam des transformateurs locaux. La plupart des unités artisanales sont à l’arrêt, à cause des prix hors de leur portée. Majoritairement, les échanges ont beaucoup plus d’intensité dans les régions des Hauts-Bassins et des Cascades en raison de la disponibilité relativement élevée de la noix…/…

Au Mali, le marché de l’anacarde connait un ralentissement des échanges par rapport à la semaine dernière. Le marché reste animé mais les prix sont en légère baisse car les acheteurs ont diminué ou arrêté les préfinancements.
L’intensité des récoltes augmente et se généralise dans les différentes zones de production…/…

En Guinée, une nouvelle augmentation des prix a été observée encore cette semaine dans certaines zones de production suite à la demande qui continue de s’intensifier. La récolte bat son plein mais le niveau de l’offre demeure toujours faible par rapport à la demande. Les prix bords-champs ont passé de 8 000 à 10 000 GNF/kg dans la région de Boké, contre 7500 à 8000 GNF/kg la semaine dernière.
Dans la région de Kankan, les prix bords-champs sont restés stables par rapport à la semaine dernière avec une majorité des échanges à 10 000 GNF/kg. La commercialisation devient effective dans la quasi-totalité des zones de production et de plus en plus de camions de noix brutes entrent au port autonome de Conakry…/…

Au Sénégal, la campagne de cajou se poursuit toujours dans un environnement de forte concurrence dans la zone de Sokone. Dans le Sud plus précisément dans la zone de Kolda et de Sédhiou, la campagne est presque à ses débuts, quelques ventes de petites quantités ont été notés dans les villages…/…

Le marché international de l’anacarde

Cette semaine la commercialisation de la noix de cajou semble se rapprocher d’un croisement décisif et la majorité des acteurs sont dans l’attente…/…

Le point de vue des analystes

La commercialisation de la noix de cajou en Afrique de l’Ouest connait un frémissement. Les prix ont cessé d’augmenter depuis 2 semaines et dans certaines régions ils ont légèrement diminué.
La demande des exportateurs reste toujours importante à court terme mais les préfinancements diminuent tandis que les quantités livrées augmentent…/…

Pour en savoir plus : abonnez-vous au bulletin !