Bulletin sur le marché de l’Anacarde

Le marché en un coup d’oeil

Prix pratiqués pour la noix de cajou brute dans les différents pays producteurs d’Afrique de l’Ouest

Au Mozambique, la campagne de commercialisation 2017/2018 est en train de doucement démarrer. Les vergers ont commencé à produire des fruits à maturité dans toutes les plantations et les producteurs s’activent à la collecte.
L’état des plantations est très bon et promet jusqu’ici une très bonne production pour cette campagne.
La campagne passée, le Mozambique a exporté environ 52 000 tonnes de noix de cajou brute vers l’Inde et 10000 tonnes de noix de cajou brute vers le Vietnam. L’industrie mozambicaine a également exporté autour de 3500 tonnes d’amande de cajou soit l’équivalent de 17 500 tonnes de noix brute transformées. En considérant, les sorties informelles de noix de cajou mozambicaine vers la Tanzanie, on peut donc estimer que la production du Mozambique a dépassé en 2016 les 80 000 tonnes, un niveau jamais atteint depuis les années 1980 et la crise de la filière cajou. Une bonne production cette année pourrait conduire le pays à dépasser les 90 000 tonnes de noix de cajou brute…/…

Le marché international de l’anacarde

Après s’être stabilisé en septembre, les cours de la noix de cajou sur le marché international sont repartis à la baisse.
Les importants stocks constitués au Vietnam continuent de peser sur les transformateurs vietnamiens qui sont de plus en plus nombreux à accepter de revoir leurs prix à la baisse…/…

Le point de vue des analystes

En Septembre, les importations de noix de cajou brute du Vietnam ont nettement ralentie. Elles n’ont été que de 58 200 tonnes contre 91 600 tonnes l’année passée. Ce ralentissement, s’explique d’après nous par l’importance des stocks déjà disponibles dans le pays qui a conduit les importateurs et les transformateurs vietnamiens à réduire leurs commandes, mais également par le fait que les stocks se réduisent plus vite que l’année passée en Afrique de l’Ouest.

Au contraire, les importations indiennes en septembre ont connu une nette hausse avec 97 000 tonnes de noix de cajou brute importée contre 74 000 tonnes l’année passée. Cette hausse s’explique en partie par des arrivages importants en provenance de Guinée-Bissau (41 000 tonnes) mais également par une hausse des arrivages en provenance de Côte d’Ivoire (31 800 tonnes). Les importateurs indiens semblent donc prendre en partie les relais des importateurs vietnamiens et ils sont en train rattraper leur retard par rapport à l’année passée. Une grande partie de la récolte de Guinée-Bissau est encore en chemin vers l’Inde et plus de 75 000 tonnes supplémentaires devraient encore arriver dans les prochains mois…/…

Pour en savoir plus : abonnez-vous au bulletin !