Bulletin sur le marché de l’Anacarde

Le marché en un coup d’oeil

Prix pratiqués pour la noix de cajou brute dans les différents pays producteurs d’Afrique de l’Ouest

Au Nigéria, la campagne de l’anacarde est terminée depuis juin avec des agriculteurs concentrant leurs efforts sur les cultures vivrières dont les récoltes précoces sont en cours, en particulier le maïs. La nouvelle production d’igname, qui est une culture vivrière majeure au Nigeria, est également récoltée.
L’échange de noix de cajou se limite surtout aux transformateurs locaux qui continue d’acheter les derniers petits stocks auprès des grossistes locaux…/…

En Côte d’Ivoire, les échanges de noix de cajou sont rares mais de petits stocks continuent de sortir des zones de production et surtout des magasins de stockage des stockeurs.
Des acheteurs locaux qui avaient fait de la rétention, détiennent encore de petits stocks. Ils éprouvent des difficultés à les vendre aux transformateurs locaux qui sont encore actifs à cause de la mauvaise qualité et des prix d’achats élevés auxquels ils ont obtenu le produit…/…

Au Burkina, le marché de noix de cajou est clos. Dans les vergers, ce sont actuellement les opérations d’entretien.
Au niveau transformation, seule une petite poignée d’unités locales sont encore en activité. Le petit vent d’espoir qui a soufflé dès l’annonce de l’autorisation d’importation de noix ivoiriennes au Burkina a été très vite déchanté par les transformateurs du fait des coûts d’importation relativement élevés avec une qualité inférieure aux attentes…/…

Au Mali, la campagne de la noix de cajou est bel et bien bouclée car les stocks sont épuisés et les acheteurs ont quitté le marché. Cependant, des transformateurs locaux comptent encore sur des « petits stocks » résiduels pour compléter leur approvisionnement.

En Guinée, la campagne est également terminée et aucun échange n’est noté, si ce n’est les dernières exportations au niveau du port.

Au Sénégal, la campagne de cajou est complètement bouclée. Les producteurs ont vendu tous leurs stocks. Ils se focalisent pour la plupart sur les cultures saisonnières d’autant plus que la pluviométrie est pour le moment normale.
Toutefois, dans le sud du pays, quelques transactions occasionnelles sont toujours observées dans les zones frontalières à la Guinée Bissau. Certains intermédiaires se ravitaillent dans ces zones entre 550 et 600 FCFA/kg bord-champ avant de revendre leurs stocks à Ziguinchor au niveau des magasins entre 650 et 700 FCFA/kg. Les exportateurs sont entrain d’évacuer leurs derniers conteneurs vers le port de Banjul…/…

Le marché international de l’anacarde

Au cours du mois de juillet et au début du mois d’août, les prix de l’amande de cajou ont progressivement diminué tandis que ceux de la noix brute n’ont connu qu’une très légère baisse avec une nette diminution des commandes…/…

Le point de vue des analystes

Petit à petit, les acteurs du marché semblent prendre en compte les erreurs d’anticipation sur l’équilibre de l’offre et de la demande en 2017. Mais le réajustement des prix est jusqu’à présent très long car énormément de détenteurs de stocks qui ont beaucoup à perdre si les prix baissent continue de faire circuler des rumeurs pour affirmer que l’offre mondiale reste insuffisante.
Actuellement, beaucoup de ces détenteurs de stocks (trader et transformateurs) mettent en avant la mauvaise qualité des noix de cajou Ouest-Africaine cette année pour affirmer que les rendements après transformation seront mauvais et que l’offre d’amande sera donc réduite…/…

Pour en savoir plus : abonnez-vous au bulletin !